Claude Ploquin : "Mon vélo est une vie"

Décalage horaires, bilan sécurité avec le Club des Randonneurs Cycliste du Loir  réalisée le 08-11-2018 BRUT

Le passage à l'heure d'hiver provoque, chaque année, un pic d'accidents de la route. Suivre quelques conseils permet de les éviter, que vous soyez piéton, automobiliste, conducteur d'un deux-roues ou cycliste. En compagnie de Claude Ploquin, membre du Club des Radonneurs Cyclistes du Loir découvrez quelques astuces si vous êtes cyclistes.

Dans la nuit de samedi 27 à dimanche 28 octobre 2018, nous reculerons les horloges d'un tour pour passer à l'heure d'hiver. À trois heures du matin (heure d'été), il ne sera que deux heures. Nous dormirons donc soixante minutes de plus. Une bonne nouvelle, mais attention à rester vigilant au volant. Selon la Sécurité routière, le passage à l'heure d'hiver est traditionnellement marqué par un "pic d'accidentalité", notamment sur la tranche horaire de 17:00 à 19:00. Sur cette tranche d'heure, l'augmentation des accidents corporels est de 47%. En effet, le recul d'1 heure a une conséquence importante sur les heures d'éclairement: la nuit tombe plus tôt dans la journée, au moment de la sortie des enfants des écoles ou des trajets professionnels de fin de journée. La conjonction de ces deux facteurs aboutit au fait que 40 % des cyclistes sont tués en période hivernale.

Soyez visibles : En ville, l'éclairage des véhicules et des lampadaires ne suffit pas toujours à bien voir les cyclistes qui traversent et qui roulent, même si ces derniers ont l'impression d'être vus. Pour ces usagers déjà vulnérables, il leur est donc conseillé de porter, de préférence, des vêtements clairs, assortis d’un gilet avec des bandes rétro-réfléchissantes, d'équiper leur vélo d'une lampe ou d'une veilleuse à l'avant et à l'arrière et de surtout porter un casque.